Transformation du procédé de production d’ammoniaque brownfield à greenfield : un défi...

Si le procédé basé sur l’ammoniaque reste une option pour la fabrication d’hydrogène vert, le passage de procédés brownfield à greenfield limite la faisabilité du processus pour 3 raisons :

La production d’ammoniaque fait souvent partie d’intégrations industrielles complexes dont la chaîne de production est difficile à casser et reconvertir en procédés verts.


Une partie de la production d’ammoniaque pour des conversions en hydrogène est localisée dans des endroits spécifiques car riches en gaz naturel. Il est donc difficile de trouver des sources d’énergies renouvelables bon marché à proximité de ces localisations, ce qui limite les conversions.


Les coûts sont importants, ce procédé produisant en effet des engrais presque 3 fois plus chers que les autres options. Il reste très polluant même si sa composition est neutre en carbone puisqu’il peut libérer de l’azote (N₂O)dont un gramme est presque 300 fois plus polluant que la même mesure en CO2.



Publications récentes