Décarbonation de l’aviation : les pistes de développement de l’avion à hydrogène

1,5 milliards d’euros ont été attribués au CORAC (Conseil pour la Recherche Aéronautique Civile) pour développer des avions à hydrogène depuis que la France a annoncé de nouveaux projets de décarbonation de l’aviation. 3 projets sont en développement chez Airbus pour permettre une mise en circulation en 2035 avec un objectif d’émission nulle de CO2. De plus en plus de passagers sont en effet hésitants à prendre l’avion du fait de son impact écologique et les compagnies anticipent l’évolution des normes environnementales pour le secteur de l’aviation face aux perspectives de doublement du trafic mondial d’ici 2037. Le secteur représente en effet 2,8% des émissions mondiales de CO2 et le coût des dommages climatiques engendrés est estimé à 100 milliards de dollars.

Les défis technologiques sont nombreux pour le design de nouveaux avions. L’hydrogène liquide refroidi à -253 degrés est complexe à stocker, il prend 4 fois plus de place que le kérozène et est explosif. Son utilisation devra être adaptée à partir des vols spatiaux qui durent environ 8 minutes pour des avions commerciaux censés supporter 100 000 heures de vol sur 20 ans. Il faudra donc au moins 10 ans pour développer une aile volante à hydrogène car la technologie est assez neuve. Le transport, le stockage et l’avitaillement en hydrogène dans les aéroports sont aussi des défis. AirLiquide, Airbus et ADP ont annoncé un partenariat dans ce sens et 11 projets industriels ont été retenus en France pour une expérimentation en 2023. #hydrogène #avion #Airbus #ailevolante #stockage #défi #expert #Qalis




Publications récentes